“Chemin escarpé”, tableau abstrait

Je ne m’aventure pas souvent sur des chemins périlleux. Cependant, il me suffit de contempler la chaîne des Alpes quand elle est visible pour m’y transporter en imagination et parcourir quelque chemin escarpé longeant une paroi rocheuse abrupte et menaçante…

Note: si vous cliquez sur les images, elles apparaîtront sur fond noir. Le fond noir annule l’influence exercée par la teinte du fond du blog, et permet donc de mieux profiter des rapports de couleurs des tableaux.

Chemin escarpé, tableau abstrait
“Chemin escarpé”, mixed media sur papier, 19 x 19 cm

Je vous remercie d’être passé.e par ici.
Ce sera toujours un plaisir de lire un petit mot de votre part.

“Naviguant dans le crépuscule”, tableau abstrait

Que transportent ces barques qui s’éloignent dans le ciel du soir, qui les conduit? Quand on pratique la peinture de manière intuitive, il faut savoir que l’on ne peut pas répondre à toutes les questions posées par nos tableaux…

Note: si vous cliquez sur les images, elles apparaîtront sur fond noir. Le fond noir annule l’influence exercée par la teinte du fond du blog, et permet donc de mieux profiter des rapports de couleurs des tableaux.

Naviguant dans le crépuscule, tableau abstrait
“Naviguant dans le crépuscule”, peinture acrylique sur papier, 20 x 26 cm

Je vous remercie beaucoup de votre visite…
n’hésitez pas à me faire part de vos impressions en commentaire

“Rumeurs festives une nuit d’été”, tableau abstrait

Des jardins alentour, des rives du lac en contrebas, ou des cabanons au creux des vignes, résonnent joyeux éclats de voix et rumeurs festives pendant les belles nuits d’été.

Note: si vous cliquez sur les images, elles apparaîtront sur fond noir. Le fond noir annule l’influence exercée par la teinte du fond du blog, et permet donc de mieux profiter des rapports de couleurs des tableaux.

Rumeurs festives une nuit d'été, tableau abstrait
“Rumeurs festives une nuit d’été”, mixed media sur papier, 24 x 20 cm

Merci de votre visite, je lirai avec joie les messages que vous me laisserez à la suite de cet article si vous le désirez.

“Troublantes vibrations”, tableau abstrait

Cet article est le premier d'une série consacrée à plusieurs petits tableaux réalisés au cours des mois précédents. Par conséquent, si vous êtes abonné.e au blog, vous recevrez des newsletters plus fréquentes que d'habitude. Mes excuses pour la gêne éventuelle. 

Quand je regarde ce tableau, j’ai l’impression qu’il cache un secret, et je ne réussis pas à décrypter ce secret. Bien que plutôt désaturées, ou peut-être à cause de cela, allez savoir, ses teintes paraissent vibrer subtilement, …d’où ce titre.

Je ne pense pas que la photo restitue totalement ces “vibrations”.

Note: si vous cliquez sur les images, elles apparaîtront sur fond noir. Le fond noir annule l’influence exercée par la teinte du fond du blog, et permet donc de mieux profiter des rapports de couleurs des tableaux.

Troublantes vibrations, tableau abstrait
“Troublantes vibrations”, peinture acrylique sur papier, 20 x 24 cm

Un grand merci pour votre passage et pour vos impressions si vous m’en faites part.

L’heure violette, soir sur la plaine

L’heure violette, une expression que j’ai souvent entendue dans la bouche d’une personne chère pour évoquer ces moments où le jour bascule dans la nuit. En résonance avec le tableau que je vous présente aujourd’hui, ce poème d’Albert Samain:
(Trouvé à cette adresse)

Soir sur la plaine

Vers l’occident, là-bas, le ciel est tout en or ;
Le long des prés déserts où le sentier dévale
La pénétrante odeur des foins coupés s’exhale,
Et c’est l’heure émouvante où la terre s’endort.

Las d’avoir, tout un jour, penché mon front qui brûle,
Comme on pose un fardeau, j’ai quitté la maison.
J’ai soif de grande ligne et de vaste horizon,
Et devant moi s’étend la plaine au crépuscule.

Une solennité douce flotte dans l’air,
Ma poitrine se gonfle au vent rude qui passe ;
Et mon cœur, on dirait, grandit avec l’espace,
Car la plaine infinie est pareille à la mer.

La faux des moissonneurs a passé sur les terres,
Et le repos succède aux travaux des longs jours ;
Parfois une charrue, oubliée aux labours,
Sort, comme un bras levé, des sillons solitaires.

L’angélus au loin sonne, et, simple en son devoir,
La glèbe écoute au ciel tinter la cloche pure,
Et comme une humble vieille en sa robe de bure
Semble dire tout bas sa prière du soir.

La nuit à l’orient verse sa cendre fine ;
Seule au couchant s’attarde une barre de feu ;
Et dans l’obscurité qui s’accroît peu à peu
La blancheur de la route à peine se devine.

Puis tout sombre et s’enfonce en la grande unité.
Le ciel enténébré rejoint la plaine immense…
Écoute ! … un grand soupir traverse le silence…
Et voici que le cœur du jour s’est arrêté !

Et mon âme a frémi de se sentir trop seule,
Et tout à coup s’allège à retrouver là-bas,
Énorme et toute rose en son halo lilas,
La lune qui se lève au-dessus d’une meule

Bien sûr, nous ne verrons plus la faux des moissonneurs ni la charrue, ces impressions appartiennent au passé. Mais ce qui reste et traverse les époques, ce que ni les moteurs ni les smartphones ne peuvent faire disparaître, ce sont les lumières et les teintes de ces instants, c’est le calme du soir où on a l’impression que le cœur du jour s’arrête.

L'heure violette, soir sur la plaine, tableau sur papier, peinture acrylique.
Peinture sur papier, 19 x 19 cm

Dans le haïku “clarines et clochers” j’évoquais un moment semblable, peut-être vous le rappelez-vous?

***************

Je vous remercie de votre visite; et j’aurai plaisir à lire vos petits mots.

Encre, café et colle

Encre, café et colle, drôle de trio!
C’est un collage abstrait que je vous présente ici. Et pour ce collage, j’ai utilisé 3 types de papier:
du papier teint au café et travaillé (marques légères) à la peinture noire, du papier aquarelle sur lequel j’ai fait des marques et des formes à l’encre de Chine en jouant avec le noir et les gris (noir + eau), puis des impressions laser de ce papier. Noir et gris sur une copie laser ont des qualités différentes de l’original.
Il y a aussi quelques rares fragments provenant d’un magazine.
A partir de ce matériel j’ai fait trois collages sur papier, format env. 13 x 18 cm.
Pour que ce genre de composition abstraite soit un tant soit peu réussie, qu’elle “fonctionne” comme on dit, il faut qu’elle soit équilibrée, qu’il y ait des contrastes intéressants, et une certaine harmonie doit être atteinte. Par conséquent, on passe beaucoup de temps à corriger et affiner une composition, la technique permettant d’ajouter toujours de nouveaux fragments sur les précédents.
Pour terminer j’ai ajouté quelques traits d’encre de Chine ici et là pour donner plus de caractère et de dynamisme à l’ensemble.

J’avais depuis longtemps envie de travailler avec de l’encre de Chine, attirée par le “minimalisme” du noir et blanc. Finalement c’est une vidéo de Louise Fletcher qui m’a donné l’impulsion de m’y mettre.

Si l’art abstrait vous intéresse, ne manquez pas d’aller jeter un coup d’œil à sa chaîne YouTube, une mine d’idées et de conseils.

Encre et collage sur papier, trois panneaux de 13 x 18 cm

En espérant que ce petit triptyque vous plaît ou du moins suscite votre intérêt, je vous remercie de votre visite et de vos commentaires toujours bienvenus.

Perles de lumière à travers la brume

Note: si vous cliquez sur les images, elles apparaîtront sur fond noir. Le fond noir annule l’influence exercée par la teinte du fond du blog, et permet donc de mieux profiter des rapports de couleurs des tableaux.

***************************************


Actuellement je manque de temps et de disponibilité pour entreprendre des tableaux de grands formats.
Voici donc un petit tableau sur papier:

Perles de lumière à travers la brume, tableau abstrait, Miryl 2021
Peinture acrylique, tableau sur papier, 22 x 26,5 cm



Comme fréquemment, la photo ne restitue pas entièrement les nuances de ce tableau.
Ces photos de détail permettent de mieux voir les perles de lumière:

Merci de votre aimable visite, je lirai avec plaisir vos petits mots.

“Mars”, tableau abstrait

Mars, entre neige en giboulées, neige fondante et rayons furtifs de soleil…

Un peu de collage, et beaucoup de peinture:

"Mars", tableau abstrait sur papier, par Miryl
“Mars”, tableau abstrait sur papier, par Miryl
env. 35 x 26 cm

Merci de votre passage et des petits mots que vous laisserez peut-être à la suite de cet article,
et à bientôt pour les illustrations de haïkus de mars.

Triptyque dans les tons de mauve, peinture abstraite

Un triptyque dans les tons de mauve pour reprendre contact avec la peinture. Prise par d’autres activités, le temps m’a manqué et cela faisait longtemps que je n’avais pas réalisé de tableau.

Voici le dernier, un triptyque abstrait, dans les tons mauves.

triptyque dans les tons de mauve, peinture abstraite par Miryl, 2020
Triptyque dans les tons de mauve, sur châssis, chaque partie 30 x 50 cm, par Miryl, 2020

Séparément:

Je vous remercie d’être passé(e) par ici, et lirai avec joie les commentaires que ce tableau vous inspire.

Un triptyque rafraîchissant: Ruissellement

Un travail rafraîchissant avec ce triptyque, créé pendant la période de forte chaleur de juillet.

Quelques jours de forte chaleur et puis s’en vont… car actuellement l’été peine à s’affirmer par ici.

Voici donc ce triptyque, réalisé à partir de collage et de peinture.

Triptyque "Ruissellement", par Miryl, 2019 mixed media sur papier, 3 x 30 / 40 cm
“Ruissellement”, par Miryl, 2019 mixed media sur papier, 3 x 30 / 40 cm

Et séparément:

Triptyque rafraichissant-1, par Miryl, 2019 mixed media sur papier, 30 / 40 cm
Première partie
Triptyque rafraichissant, par Miryl, 2019 mixed media sur papier, 3 x 30 / 40 cm
Deuxième partie
Triptyque rafraichissant-3, par Miryl, 2019 mixed media sur papier, 30 / 40 cm
Troisième partie

Merci de votre passage. Ce sera toujours un plaisir de lire vos impressions!